– publié le 14 août à 15h15

Les inquiétudes sur le ralentissement de l’économie mondiale se font de plus en plus ressentir sur les marchés. L’inversion de la courbe des taux US entre le 2 ans et le 10 ans en est la preuve. Cette indication, qui ne s’est plus produite depuis la dernière crise de 2007, est le signe annonciateur d’une contraction de l’économie.

Différence de rendement entre le taux à 2 ans et à 10 ans américain

La courbe entre le taux à 2 ans américain ainsi que le 10 ans s’est inversé. Nous sommes donc passé dans la zone rouge du graphique ci-dessus. Historiquement cela correspond à une probabilité accrue de récession dans les mois à venir ainsi que la formation d’un sommet sur les marchés boursiers.

Évolution du taux d’emprunt à 10 ans américain de 2006 à aujourd’hui

Le marché anticipe  désormais un scénario difficile et se tourne donc naturellement vers les actifs moins risqué, comme par exemple les obligations américaines. Le momentum haussier sur les obligations peut-il encore durer ? Certainement oui  car il subsiste encore un nombre élevé de positions vendeuses sur les bons du trésors américain.

Rendement à 10 ans américain – © GIP SA

En se référant au graphique ci-dessus, nous pouvons constater que les fonds spéculatifs sont encore très nettement vendeur de bons du trésor (en rouge). Cela signifie qu’en cas de poursuite de la chute des rendements, ces fonds spéculatifs ne pourront plus tenir ces positions et se verront obligés de couvrir leurs positions en achetant tout simplement des bons du Trésor américain. Ceci aura pour effet d’accélérer la baisse finale des rendements et signifiera  probablement un sommet du marché obligataire.

Le marché obligataire évolue toujours dans un canal ascendant (cf. ci-dessus) et pour les raisons évoquées ci-dessus, valide l’objectif vers le  haut de ce canal.

La FED sera sous pression et devra probablement  poursuivre la réduction de  ses taux de référence si les anticipations du marché se confirme. Comme nous le constatons ci-dessous, la consommation (illustré par l’indice du secteur des biens de consommation US) ne parvient plus à croître. La guerre commerciale ayant pris le dessus sur la réforme fiscale.

Pour résumer, le marché qui anticipe déjà ce scénario se tourne désormais vers l’or (Cf. notre commentaire du mois d’octobre 2018). Le métal jaune profite pleinement de la baisse généralisée des rendements.  Si le scénario d’une purge des vendeurs d’obligations devait se réaliser (la baisse des rendements évoquées)  l’or reste incontestablement un refuge.

DISCLAIMER
Cette note est purement informative. Les prévisions indiquées ne constituent pas des recommandations d’achat ou de vente et ne sauraient être considérées comme une garantie de l’évolution future. Elles n’engagent en aucun cas la responsabilité de GIP SA et sont susceptibles de modification en tout temps sans préavis.

Mise à jour périodique